Les miels

En sortie d’hiver, les réserves de l’an passé sont épuisées ; les noisetiers les saules marsaults les aulnes fleurissent riches en nectar et pollen. La reine a repris sa ponte et les abeilles doivent remplir les cadres du corps de la ruche avec du miel et du pollen pour se nourrir et nourrir le jeune couvain.
Seulement quand le corps de ruche est bien plein des nouvelles reserves les abeiiles monteront stocker le nectar dans la hausse que l’on a ajoutée au dessus et dans laquelle on récoltera le miel de pissenlit – rien n’est gagné d’avance!

Miellée de printemps fin avril – début mai, les prés sont tout jaune de pissenlit. Les abeilles y butinent le miel et le pollen. Avec du soleil et de la douceur la miellée sera abondante.

Miel d’acacia
Miel très clair avec des reflets jaune-vert. Floral, sa saveur évoque bien le parfum de la fleur.
Riche en fructose, il ne cristallise que très tardivement.
C’est la quantité de Fructose par rapport au Glucose qui détermine la vitesse de cristallisation du miel  ( pour le miel d’acacia  F/G >1.41 )

Miel de ronce
Les ronces poussent en nombre dans les haies qui bordent les prairies. La floraison s’étale sur un bon mois – la cueillette des mûres en témoigne.
La petite fleur blanche ou rosée (il existe de nombreuses variétés de ronce) est riche en nectar : c’est la miellée la plus abondante dans le Morvan.

La mise en pot
La mise en pot c’est la dernière étape du travail à la miellerie.

Les qualités biologiques du miel sont altérées ou même détruites par la chaleur : nous avons choisit de ne pas chauffer le miel : il nous faut donc mettre en pot toute la récolte avant cristallisation ! Pour l’acacia rien ne presse, il restera liquide de nombreux mois voir quelques années! La ronce récoltée en juillet débute sa cristallisation courant septembre.
Fin août toute les récoltes sont en pot.